Bien. Noël est passé. Et je ne sais pas par où commencer cette note.

J'ai été super gâtée.

Réveillon bizarre et même un peu glauque. Repas à 4. Pas très marrant. Ponctué par les remarques de mon frère et de sa copine. Rythmé par les hurlements de bébé qui a les dents qui poussent. Non je la laisse crier cette fois. Oh mais elle a mal. Je vais voir. C'est bon, elle avait perdu son doudou. Oh elle recommence à crier. Non n'y va pas, elle va se calmer. Non bon j'y vais. Ok, super... Heureusement que je m'étais couchée à 4heures la veille et qu'à force de bailler ouvertement, ils sont partis, libérant ainsi MA chambre de la présence du chiard de ma nièce.

J'ai un problème avec les bébés. Je les aime pas. (Pourtant je veux plein d'enfants. Mais pas de bébés. J'adopterai.)

La veille, donc, de ce réveillon, j'ai vu S., et plus précisément j'ai mangé chez eux. Et je me suis couchée à 4heures. Elle m'a demandé si je lui en voulais de n'avoir quasi pas donné signe de vie pendant 3 mois. J'ai dit non en pensant qu'au fond, si, je lui en voulais. Mais non, je ne lui en veux pas.
C'était vraiment une soirée sympa. Il paraît que je fais partie de la famille, maintenant... Elle m'a ramenée chez moi vers 2h30 et on est restées une heure à parler dans sa voiture. Et c'était chouette. J'ai bien aimé me retrouver seule à seule avec elle, même si j'adore sa famille. On a parlé beaucoup. De tout, de rien, de ma mère, de son père, de la vie...

Je vais mentir à mes amis en leur disant que pour le nouvel an, je vais faire ça en famille avec mes frères, et que donc je ne peux pas le faire avec eux. C'est moche, hein. Je n'ai pas le courage de dire que je n'ai pas envie de fêter la nouvelle année, et que j'ai juste envie de rester dans mon lit au chaud, avec le téléphone éteint... Je ne sais pas pourquoi. Je ne suis pourtant pas contre le fait de me miner la gueule au champagne... Mais je n'ai pas envie. Pas maintenant.

Je n'avance pas dans mes devoirs.

J'avais dit ce soir que je me couchais tôt, après avoir regardé un film (Va, vis et deviens)... Je crois que vouloir me coucher avant minuit relève de l'utopie.