Tout à l'heure, en faisant ma valise de fringues, j'avais l'impression que j'allais partir pour une semaine, comme au temps de la prépa. Mais non. En fait, je ne sais même pas quand je vais revenir ici. Je crois que ça me rend triste, un peu. C'est étrange parce qu'il y a trois ans, c'est ce dont je rêvais : partir.

Je ne prends pas tous mes livres (parce que je me dis que ça va être galère à redéménager). Tiens, je me dis que je pourrais peut-être prendre celui que M. m'avait "conseillé", oui, je vais faire ça. Peut-être prendre le chocolat qu'on m'avait offert à Pâques et qui est périmé depuis deux ans? C'est stupide d'avoir fait ça, d'avoir gardé le chocolat parce qu'il est beau, parce qu'ainsi je n'oublie pas qu'on me l'a offert... Donc non, je vais le laisser là. Bon, je viens d'aller voir, et il y en a un qui est périmé depuis 2007... Waow, je me dépite.

Ma chambre semble vide. Vivement que la rentrée et les premiers jours soient passés.