Encore DEUX jours. On touche au but mais, purée, ce que c'était long...

Je suis chez lui depuis hier. J'ai pris un peu plus d'affaires que d'habitude, je ne suis pas sûre de retourner si régulièrement chez mon frère maintenant. Greg m'avait dit, de toute façon, que quand il rentrerait d'Inde, je pourrais venir m'installer définitivement chez lui, si je le voulais. Et hier, en lui disant que j'étais chez lui, il m'a dit "c'est bon de te savoir à la maison" et pas "c'est bon de te savoir chez moi". C'est peut-être stupide mais ça m'a fait plaisir, un peu comme si c'était ma maison aussi. En tout cas, j'adore sa maison, elle lui ressemble, et je m'y sens bien. Hier, j'ai même apprécié l'absence parfaite de grosses babouks (tapez "babouk" dans Google Images, si vous l'osez!) en arrivant chez lui. A vrai dire, même la route pour monter jusqu'à chez lui a été moins affreuse que d'habitude (je déteste(ais?) conduire, et il habite dans les Hauts, donc il faut se taper 10 minutes de bonne route de montagne avec des virages horribles - voire des virages-de-la-mort-qui-tue - où je ne peux faire que prier pour ne pas croiser une voiture qui prend son virage comme un pignouf (=en plein milieu de la route) ou pire un bus). J'ai presque même trouvé ça agréable (tu vois, M* : tout arrive!).

Bref.

Il me manque. Même quand je suis chez lui. Surtout si je suis chez lui? Tout me fait penser à lui ici. Le pire étant de dormir dans ce grand lit vide toute seule... Purée, trois semaines, c'est beaucoup trop long.

ENCORE DEUX JOURS.