Les relations à distance, c'est terriblement dur.

Pour ma part, c'est encore plus dur que ce que je pensais. Je savais que ça allait être dur mais je ne pensais pas que ça serait si horrible. Je crois que j'ai toujours été un peu cyclothymique mais là, c'est pire. J'alterne rapidement entre des moments où je me sens plutôt bien, où je pense à lui plongée dans une douce mélancolie, où je me rappelle tous nos bons moments passés ensemble, où je me dis que j'ai juste hâte de le voir, et que ça va être très bien, que nous ne serons séparés que pendant une année, que ça va passer très vite, que je suis chanceuse d'avoir rencontré un homme comme lui, où je me projette, où je me demande ce qui lui ferait plaisir pour Noël, où je m'imagine comment sera notre vie après, où on ira, ce qu'on fera, ce que j'aimerais faire avec lui, etc, et des moments où je me sens juste misérable, où je me maudis d'être montée dans cet avion (même si je n'avais pas le choix et qu'il ne m'aurait pas laissé rester de toute façon), où je me mets à pleurer comme une hystérique parce qu'il me manque trop, où je me sens tellement mal, où j'ai l'impression que rien d'autre n'a d'importance, où je n'ai envie de parler à personne, où je n'ai envie de voir personne, où je consulte compulsivement un site qui me donne le nombre de jours entre deux dates (je sais...) en m'étonnant que le temps passe si peu vite (je regarde ça une fois par jour...)(JE SAIS...), où j'angoisse en me demandant comment ça sera quand on se retrouvera (si on se retrouve...), où je me dis qu'il finira par rencontrer une autre femme, qu'il finira de toute façon par ne plus m'aimer parce qu'on ne se voit plus, où je le maudis dès qu'il ne répond pas dans la seconde à un de mes messages, où je le maudis quand il ne répond pas du tout à un de mes mails (pourtant super intéressant ou pas), etc.

Je ne sais pas si ce que j'écris est clair ou non. Mon esprit est juste tourmenté, et je doute. Je pense qu'il est temps que la rentrée arrive et que je sois tellement occupée que je n'aie pas le loisir de me poser ces questions, légitimes ou complètement farfelues. Je ne sais même pas si je dois lui parler de ça, ou si je dois juste prendre sur moi (et sur ce blog) jusqu'à ce que je le retrouve... Je sais que je lui manque, mais il n'a pas l'air de se poser mille questions à la seconde quant à notre relation (tant mieux d'ailleurs)(un seul être névrosé dans un couple, c'est déjà un de trop). Et j'ai tellement peur de le saouler en lui en parlant trop, qu'il me trouve chiante, et que du coup, il préfère arrêter notre relation plutôt que de continuer comme ça. J'ai peur que la distance abîme notre relation. Hier, j'ai regardé les prix des billets d'avion pour le rejoindre à la Toussaint, et je me suis mis à pleurer en voyant que même si je vendais mes deux reins et ma rate (je ne sais pas si ça se vend mais bon, ça doit être utile quand même), je n'aurai jamais assez d'argent pour me payer ça (1 100€).

Bref. Rien qu'en tapant cette note, j'ai déjà eu le temps de passer 4 fois d'un extrême à l'autre. Je suis un peu comme Gollum/Sméagol quand il se parle tout seul pour savoir s'il doit voler le précieux ou pas. Je fais les questions et les réponses dans ma tête. J'arrive à m'auto-remonter le moral, parfois.

En tout cas dans mes "bons" moments (dans mes mauvais aussi cela dit, mais j'ai plus de doutes), j'y crois dur comme fer à cette relation. Et lui aussi. Alors je me dis que ce n'est qu'un mauvais moment à passer...

It's always darkest before the dawn.