Demain, je retourne à Lille. Mon train est à 6h05, je sens que le réveil va piquer un petit peu mais c'est ça d'être pauvre et de ne pas pouvoir prendre le train aux horaires les plus demandés. J'ai un peu peur de retourner là-bas. C'est que je ne suis plus habituée à vivre seule finalement. Et que "Denis, please! I don't want to be on my own." (Plus d'un an sans référence à Meryl Streep, il fallait bien que ça cesse.)

Bref. Les jours passent et nous rapprochent du 26 décembre.