Mon amoureux est parti. Encore! Retourner à l'aéroport a été horrible, j'avais l'impression de rejouer la scène des "9-mois-de-séparation-dans-ta-face". Mais non, il revient de métropole dans 10 jours, une éternité donc. On a même eu un petit moment dramatique quand, au moment de vouloir régler le ticket de parking (5,50€ dans ma face pour 1h30 de stationnement - voleurs!), ma carte a été bloquée, et bien évidemment je n'ai pas non plus pu retirer de l'argent au distributeur, donc j'ai du faire le sprint de ma vie avant qu'il ne passe les contrôles, heureusement l'aéroport était blindé et il n'avait guère avancé depuis que je l'avais quitté, pour lui demander 10€ s'il te plaît et avoir le temps de lui dire "oh mon dieu mais comment je vais SURVIVRE si ma carte bleue ne marche plus" et "bon voyage, je t'aime, bisous, bisous, bisous".

Bref, rien de nouveau sous le soleil le crachin (sans rire, on se croirait en Bretanie) : je suis toujours heureuse et amoureuse et toujours aussi boulet.

Et je reviens vers vous (vers moi-même en fait) avec des good news (et des parenthèses en veux-tu en voilà!) :

- J'AI UN JOB ! Je sais, c'est incroyable, qui l'eut cru! Ce qui est le plus dingue, c'est que j'ai même eu le choix! Bref, c'est ouf. On a laissé tomber les perspectives à l'étranger pour le moment et en novembre, je commencerai donc un CDD d'un an (reconductible voir CDIsable) dans une boîte plutôt importante ici et plutôt sympa. Rien que cette nouvelle me met en joie parce que ça veut dire la fin de mon stage tout pourritos qui pue (et oui...)! Et cerise sur le gâteau, je serai plutôt BIEN payée. Donc mes angoisses sur mes 700€ de remboursement mensuel d'emprunt s'atténuent un peu. CEY COOL.

- Par contre, ce job n'est pas situé dans le Nord de l'île, là où on habite, là où mon amoureux bosse, là où je bosse pour le moment, mais plutôt dans l'Ouest. Mais mon amoureux est trop génial et il accepte qu'on déménage, de toute façon, on n'en pouvait plus de se taper la route pour rentrer (coucou les gens qui roulent au MILIEU de la route dans les virages, coucou les scootéristes SANS casque, SANS lumières, SANS cerveau), donc ça tombe pile poil ma bonne dame. On recherche donc une maison plus près de mon boulot, et si on a de la chance (croisez les doigts, les pieds, et tout ça), on sera les heureux locataires élus de la maison de folie visitée ce samedi!

- Pour fêter tout ça, la fin proche de mon stage tout pourritos qui pue, le début de mon premier vrai job, le début d'une vraie vie à deux où je n'aurai plus à dépendre financièrement de mon amoureux, tout ça, tout ça, j'ai décidé de claquer ma première paie (que je n'ai pas encore) et de remercier mon amoureux en nous offrant une nuit dans un endroit luxueux qui déchire tout. C'est donc la première fois de ma vie que j'ai réservé une suite, en prenant un air tout à fait naturel, oui, bien sûr, je me paie des suites à 430€ tous les week-ends, et oui, Charles-Henri, mon brave, réservez-moi aussi le dîner pour deux personnes à 284€ qui va avec. Je me demande si je ne débloque pas un peu (si) mais je m'en fous, et je suis tellement contente d'avoir un job, de rester à la Réunionie, d'être aussi chanceuse que je m'en fous. De toute façon, je n'aurai pas de vacances donc autant se faire plaisir sur les week-ends.


- Mon chat tue les babouks. Bénie soit cet animal.

- Cey tout. Mais cey déjà pas mal, non?