20 novembre.

Le temps passe TROP vite, c'est fou.

Tout va bien. Si on m'avait dit il y a quelques années que je pourrais être si heureuse et paisible, je n'y aurais pas cru...

Nous avons trouvé une maison de rêve dans l'Ouest de l'île. La location est chère mais on a voulu se faire plaisir pendant 1 an, avant de voir ce que ça donne à l'issue de mon CDD. J'imagine déjà avec délices les barbecues du WE, recevoir les amis, la famille (peut-être... mon père au moins). J'apprécie les petits-déjeuners (oui, même la semaine!!!) sur la varangue, au calme, avec la vue sur l'Océan et la montagne. Il faudrait que je montre des photos parce que cette maison est top (c'est une maison de bourgeois) et que je m'habitue bien trop facilement à un tel standing (coucou les DRESSINGS)(et la suite parentale).

Je pense être tombée dans l'une des meilleures boîtes ici. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que la moyenne d'âge est élevée : personne n'a intérêt à en partir. Mais c'est vraiment chouette. Le boulot est hyper intéressant et riche (ça me change, moi qui me tournais les pouces en stage...) et les avantages sont assez dingues (genre "euhhhh, tout ça? pour moi? elle est où l'arnaque?"). C'est un milieu majoritairement masculin mais ce n'est pas pour me déplaire, au contraire.

On a des projet de vacances... Mayotte? Rodrigues? Madagascar? Afrique du Sud? Le choix reste ouvert...

Malgré tout ce bonheur, on a eu de belles disputes. Le déménagement y est pour quelque chose mais pas que. J'ai même cru qu'il allait me quitter. Je crois qu'il l'a cru aussi. Il n'est pas aussi impulsif que moi, heureusement. Mais voilà. Je crois que j'apprends à lâcher prise. Advienne que pourra. Mais tout va bien. Vraiment.

Même le chat s'est rapidement fait à sa nouvelle maison (après s'être fait péter les points de suture qu'elle a eu après la stérilisation).

Je me rends compte, en me relisant, que je suis devenue hypra chiante. Je devrais peut-être m'inspirer du titre de cette note. Ou il faudrait quand même que je vous raconte tout ce qui me gave à la Réunionie parce que oui, ça existe!