Le blog de la névrosée

07 mars 2019

No one does it like you.

Et ca ne va pas mieux.

Peut-etre que mon probleme, c'est que personne ne m'a (encore) brise le coeur. Peut-etre que je fais trop confiance aux hommes. Peut-etre que je lui fais trop confiance (oui). Je devrais le savoir, apres tout, c'est son metier, les belles paroles.

Pourquoi est-ce que je ne m'enfuis pas? Pourquoi est-ce que je reste la, vulgaire papillon, attire par la lumiere jusqu'a m'y bruler? La moi rationnelle (sisi) d'il y a quelques mois m'aurait crie de fuir, que toute cette histoire sent le sapin et qu'il n'en resortira rien de bon. La moi d'aujourd'hui continue d'essayer, malgre les whatsapp lus auxquels je n'ai jamais de reponse, malgre ses passages devant notre bureau ou il ne s'arrete plus maintenant. Il a meme evite toute forme d'eye contact pendant la reunion d'aujourd'hui. Et je vois bien qu'il est malheureux et pas franchement epanoui. Son visage d'habitude si chaleureux est maintenant ferme. Je peux lire tous ses problemes sur son front. Et je voudrais l'aider. Mais il ne me laisse pas faire. Peut-etre que la meilleure maniere de l'aider serait de le laisser tranquille? Malheureusement, je ne peux pas. J'ai toujours ete une conne determinee et obstinee.

Mais je ne comprends pas. 

Il me dit des choses et agit de maniere contradictoire le lendemain. 

Sa femme lui a demande un delai. Qu'il a accepte. Et il se dit desole de ne pas pouvoir m'offrir de commitment. But I am not asking you to marry me, que je lui ai repondu. "Why not?"

Je ne veux pas qu'il m'epouse. Je veux seulement que quand il me dise "I'll talk to you", il talk to me. Je veux qu'il me dise ce qu'il veut, meme si cela doit me briser le coeur. Je ne veux plus avoir a lui courir apres (mais que ferai-je de ma vie sinon cela?). Je ne veux plus qu'il me dise "I still want to be with you" pour ignorer mes messages. Je sais qu'il a besoin de temps mais c'est une torture et je m'inflige ca a moi-meme. Cela n'a aucun sens. 

B. a quitte la Sud-Afriquie la semaine derniere. Et depuis je me demande parfois ce que je fous encore la.

A part ca, ma misanthropie se porte tres bien, merci. 

 

"Mon dieu que l'esperance est difficile a vaincre, qu'elle est tenace et rusee, tous les hommes sont-ils ainsi?"

"Et je me recouchai presque rasserene tant il est vrai que nous rassure, au milieu de nos drames, l'existence d'autres drames, qui nous auront ete epargnes."

 

Posté par lanevrosee à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 février 2019

I want to know what is right, now that I know what is wrong.

Posté par lanevrosee à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2019

Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes.

Posté par lanevrosee à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2019

I am actually blaming Paul McCartney for all of this.

And still hesitating between those 2:

 

Posté par lanevrosee à 13:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2019

We used to feel alright.

Je suis stupide.

J'attends.

Je deviens la reine de la pensee magique (how STUPID is that) : "si son prenom apparait au generique de ce film alors...". Son prenom est tellement commun que c'est evident qu'il apparaitrait dans un generique.

Je l'aime autant que je le deteste de me mettre dans pareille situation...

Posté par lanevrosee à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 décembre 2018

Don't speak.

Donc voila.

Amoureuse d'un autre homme. Marie et pere d'un petit garcon. 

J'ai toujours pense que j'etais trop intelligente/cynique pour me vautrer dans ce genre d'histoire mais visiblement je me connais encore mal. J'ai plonge tete la premiere dans le drama. J'ai quand meme essaye de resister. Quelques semaines, quelques mois.

Ce n'etait "qu'un collegue". Un collegue sympa, gentil et drole. Un collegue parfois un peu trop sur de lui, qui venait souvent prendre un cafe dans le bureau que je partageais avec J., comme il le faisait avant mon arrivee. Un collegue qui m'a file un precieux coup de main quand il nous a fallu chercher un nouvel appartement, en me conseillant sur les bons quartiers, les sites a privilegier, les erreurs a eviter. Un collegue qui me ramenait ma bouteille d'eau quand je l'oubliais apres l'avoir remplie a la fontaine. Un collegue charmant. Je me souviens que je l'ai tout de suite trouve beau et classe. Mais rien de plus. Je suis pacsee, je le savais marie, j'appreciais juste sa compagnie au bureau, son mauvais esprit, son humour britannique, son cote gentleman, et il m'irritait aussi parfois d'avoir trop confiance en lui. Mr Know-it-all. Je lui ai meme kick his ass au foot lors d'un evenement d'entreprise et il m'a par la suite avoue que c'etait la qu'il s'etait rendu compte que je lui plaisais. Et c'est a partir de la qu'il a decide de me chasser. C'etait en avril, je crois.

On est en decembre maintenant. 8 mois ont passe. 

J'ai ete tres heureuse. Un peu. Et miserable aussi. Je me suis comportee comme une personne abjecte. Et comme une personne passionnee aussi. J'ai menti, j'ai fait semblant, j'ai joue a des jeux qui me depassent, j'ai pris des risques et fait des choses dont je ne me croyais pas capable. J'ai hesite, doute, pris des decisions, pleure beaucoup sur la route, j'ai parle et j'ai ri. J'ai tenu ses mains, embrasse. J'ai aime et j'aime. 

Et aujourd'hui je suis epuisee. Ma vie est sens dessus dessous (I did it to myself, I know). 

Je suis tombee amoureuse de lui. Tout mon monde s'est ecroule a mesure qu'il me devenait indispensable. Il partageait mon obsession. Nous avons ete extremes. Nous avons eu des moments intenses et j'ai ete fascinee par la facilite avec laquelle nous echangions (je suis une sauvage asociale, remember). Nous avions des plans. Nous avons fait des listes. J'ai eu l'impression que toutes les chansons parlaient de moi et de nous. Je me suis reconnue dans tous les livres et toutes les series que j'ai pu lire et voir. J'ai ete irrationnelle. C'etait beau, moche, effrayant et excitant a la fois. J'etais vivante.

Depuis 2 mois, les choses ont change. Il est parti en vacances une semaine avec sa belle-famille et a son retour, c'etait un autre homme. Quand j'ai enfin reussi a le faire parler (j'etais vraiment au fond du trou et il m'ignorait completement), il m'a avoue qu'il avait eu une discussion avec son beau-pere et que celui-ci l'avait menace de mettre tout en oeuvre pour qu'il ne revoie plus jamais son fils dans le cas ou il envisageait un divorce. Et depuis C. est perdu. Il m'a dit qu'il voulait mettre de l'espace entre nous (sans rire!) pour reflechir a ce qu'il devait/allait faire par rapport a son fils, faire le point avec ses avocats, remettre de l'ordre dans sa vie, etc. Et je ne sais pas quoi faire pour l'aider. Je ne suis meme pas sure de pouvoir. Quand je lui demande s'il prefere que je le laisse tranquille, il secoue sa stupid cute face et me dit que non avant de me prendre dans ses bras.

A mon retour de vacances, j'ai encore du lui courir apres afin d'avoir une discussion. Je lui ai dit que j'etais rentree, que toutes les bonnes choses ont une fin. "Quelles choses doivent finir?" J'ai fini par le coincer dans son bureau apres des tas de "let's discuss it tomorrow", "I'll come and see you on Thursday", et de RDV rates pour lesquels il ne s'est jamais excuse. Il m'a dit qu'il ne voulait pas faire ca au bureau, je lui ai demande s'il m'avait laisse un autre choix et le ton est monte (le mien... il n'est pas du genre a s'enerver). On a vraiment des boulots de con, pour ne rien arranger. Je lui ai demande s'il voulait que je "fuck-off" et il m'a dit non. Je lui ai dit qu'il serait plus simple de me dire qu'il ne veut pas discuter avec moi, plutot que de me faire perdre mon temps a coups de "let's discuss it tomorrow", et il me dit qu'on a des choses a se dire. Je l'ai traite d'asshole, et je lui ai demande de me parler, la, maintenant, tout de suite, et que je ne quitterai pas son bureau avant. Que je me fichais (c'est faux) de ce qu'il pouvait choisir, que je voulais juste qu'il me PARLE, qu'il soit honnete, et que je puisse avancer avec ma vie, merci.

Et rien de nouveau... Il voulait de l'espace avant de repartir 3 semaines en "vacances" dans sa belle-famille. Il voulait avoir l'esprit clair pour prendre une decision. Il sait que c'est injuste pour moi, mais il a besoin de temps. Tout sera plus clair en janvier ("enfin si je reviens, hein..."). Et oui, on en parlera a son retour.

Donc voila. Dans 3 semaines (sauf si je dois lui courir apres encore plus, hahaha), je saurai ce qu'il a decide. En attendant, j'attends.

Je sais que j'ai l'air d'une idiote, une nana completement con a qui un beau mec retourne la tete mais ce n'est pas le cas. Je ne crois pas m'etre raconte des histoires, je ne me suis pas fait de films. Je ne mettrai pas ma main a couper mais je ne pense pas qu'il m'ait menti. 

 

Bref, c'est decousu et etrangement l'avoir ecrit ne m'aide pas du tout...  

Posté par lanevrosee à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2018

Joburg I love you but you are bringing me down.

Je fais des choses vraiment stupides en ce moment. Il y a longtemps que je ne me suis pas sentie aussi miserable.

Je suis amoureuse d'un autre homme, qui est marie. Je deteste ma vie :-) 

Posté par lanevrosee à 11:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 avril 2018

WHAT AM I DOING?

WHAT AM I DOING?

Je ne sais pas ce qui m'arrive. Je ne sais pas pourquoi je fais ce que je fais. Je n'ai aucune raison de le faire mais je joue avec le feu.

WHAT IS WRONG WITH ME?

 

Posté par lanevrosee à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2017

11.

Je veux ma Maman...

Posté par lanevrosee à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2017

And so I rise to claim what is mine.

Après lanevrosée en pays nantais, en pays angevin, en pays lillois, en Suédie, en Réunionie, ce sera lanevrosée en sud-afriquie.

Une seule constante dans tout ce changement : je suis et je reste lanevrosée.

J'ai donc démissionné. C'était la première fois que je me démissionnais et même si j'étais tellement contente que j'ai fait des danses de la joie dans les couloirs, ça fait quand même un peu bizarre. Un peu. Comme si je me penchais au dessus du vide. Même si je n'ai pas le vertige.

Des gens avec qui j'ai du échanger 3 mots à tout casser en 3 ans de contrat deviennent d'un coup mes meilleurs amis et veulent savoir pourquoi et où je pars.

"Mais tu as trouvé mieux ailleurs?" : genre, est-ce que c'est même possible de trouver mieux qu'ici? Je ne sais pas si ce sera mieux, je sais juste que ça sera ailleurs et donc, rien que ça, je trouve ça mieux.
"Tous les gens qui sont partis ont eu envie de revenir un jour ou l'autre" : mais LOL, je serai donc la première à préferer me trancher les veines plutôt que de revenir dans cet endroit où certes on est bien payés et lotis mais où l'intérêt du travail et l'ambiance frôlent le 0.

On a quand même un boulot de dingue en ce moment mais j'avoue qu'aujourd'hui (plus encore qu'avant), j'en ai rien à foutre. Les choses du travail glissent sur moi et n'ont aucune prise : je m'en fous. C'est salvateur.

De toute façon, j'ai des milliards d'autres choses à penser. Des milliards d'autres doutes à avoir. Des milliards de détails qui ne sont que des détails mais qui me font réellement flipper. Des milliars de papiers à remplir. Des milliards de "ohlala mais faut pas aller là-bas, c'est dan-ge-reux" à supporter. Des milliards de choses à trier "on prend ; on vend / jette ; on laisse chez X ; on ramène en pays nantais (pour tenir compagnie à Mémère)".

C'est épuisant/flippant/excitant/fou/angoissant/énervant/motivant de tout quitter pour aller recommencer ailleurs.

Je suis globalement très heureuse de ce changement. Mais flippée.

Je n'aurais jamais pu imaginer me retrouver dans pareille situation il y a 11 ans de ça.

Certains choses changent. D'autres pas.

Ce soir je suis fatiguée (et seule, pour une fois) et j'en profite pour revenir ici (j'avais même oublié mon mot de passe et je me suis retrouvée en larmes avant de me rappeler qu'il était tout simple... je suis fatiguée). Je crois que je ne pourrai jamais m'arrêter même si je ne suis pas régulière. Trop de souvenirs. J'ai toujours besoin de ce carnet de bord finalement. Certaines choses changent. D'autres pas.

That's it.

Posté par lanevrosee à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]