Le blog de la névrosée

11 juillet 2019

You caught me right when I was fed up with my feelings

Passion Max Jury.

Posté par lanevrosee à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juin 2019

Posté par lanevrosee à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2019

Wandering aimlessly.

J'ai eu mon premier RDV chez un psy hier. Je ne me suis encore sure de savoir ce que je dois en penser. C'etait comme dans les cliches : le grand divan (on aurait pu etre 3 a s'allonger dessus), les mouchoirs (que je n'ai pas utilises parce que je me faisais un point d'honneur a etre une conne ne pas pleurer), toussa, toussa. Pas de surprise sur son diagnostic, je savais deja la plupart des choses dont elle m'a parle (anxiete, culpabilite, oui je sais merci, je fais comment pour que ca s'en aille?)(mais j'avoue que je m'attendais pas au "on dirait que vous avez une attirance pour les hommes emotionnellement indisponibles"). 

20190622_125251

 

C'est joli, non? Bon en tout cas, j'y retourne samedi prochain. Je pense que cela va me soulager un peu (enfin surtout soulager mon compte en banque).

En parlant d'homme emotionnellement indisponible, je decerne la palme a l'Herpetologue. Qui n'est en fait pas disponible tout court. Et je deteste l'impact que cela a sur moi (anxiete, etc, cf. paragraphe plus haut). Je sais que je surreagis. Je le sais. I can't win et cela me tue. Parfois je me dis que soit je l'accepte, soit j'arrete de le voir. Ce n'est en fait pas si complique. Le choix est assez simple, en theorie. Rester ou partir. Je choisis de rester pour l'instant mais ca n'empeche ni le manque, ni la deception, ni la colere, ni la tristesse.

Quand il me dit que, oui, c'est sur, on se voit aujourd'hui a son retour d'Espagne et avant qu'il ne reparte au Kenya (5h entre les 2 avions). Quand je lui demande "Tu es sur ? Tu ne preferes pas rester tranquille (il est malade) ou voir tes filles ?" et qu'il me repond "tu es bete". Quand je lui demande s'il veut que je le recupere a l'aeroport ou que je l'y depose dans l'apres-midi et qu'il me dit "vraiment ? tu es un ange" (je ne suis pas un ange, c'etait purement interesse, j'avais envie de le voir, meme 30 min lors du trajet vers l'aeroport...). Quand il m'appelle a l'arrivee et qu'il bougonne parce que l'avion avait 1h de retard, qu'il est toujours malade a cause de la clim et qu'il est fracasse et honteux que je le voie ainsi et que ses filles partent aussi 2 semaines en vacances et qu'il va essayer de les voir mais qu'il me tient au courant, peut-etre qu'on aura quand meme le temps de se voir. Quand j'essaie de rester calme et de dire sans m'enerver (spoiler alert : j'echoue) "mais tu aurais du me le dire hier, que tu voulais voir tes filles, j'etais invitee a unsuperbrunchetDieusaitquej'aimelesbrunchsparcequelepetitdejc'estlavie et j'ai dit non pour te voir" et qu'il me dit qu'il ne savait pas qu'elles partaient. Quand il me demande "tu boudes ?" et que j'ai envie de lui repondre "va te faire foutre" mais que je grogne juste entre mes dents "bon laisse tomber, on se verra la semaine prochaine".

Il est cense revenir du Kenya dans la nuit de lundi a mardi (vers 2h) et on est censes se voir mardi soir. Qui veut prendre les paris ? Parce que moi je n'y crois pas/plus. Ensuite il repart deux jours au Zimbabwe (bonjour le bilan carbone du mec, j'ai dit que j'etais ecolo deja non? Qu'est-ce que je fous encore avec lui?). 

Et je deteste avoir l'impression qu'il pense que je suis a sa disposition. "Non mais mes filles seront absentes 2 semaines", sous-entendu, j'aurai plus de temps disponible pour my needy girlfriend (et encore...). C'est quand meme dommage que les 2 semaines ou il sera disponible, moi je serai sous l'eau au bureau parce qu'on migre vers un nouvel outil de gestion et que ca va etre le chaos (et la cloture en plus) et que je risque meme de devoir aller bosser le week-end. C'est dommage, hein, comme l'univers se paie nos tronches. 

Et apres ces 2 semaines-la, guess what cher lecteur, chere lectrice ? L'Herpetologue repart 2 semaines, en vacances cette fois. Hahahahahaha. Je suis joie.

Bref, quand je n'attends pas Godot l'Herpetologue, je me demande si je ne partirais pas seule en voyage pour mon anniversaire en aout, genre une semaine. Il voulait qu'on parte ensemble mais j'ai zero confiance dans la faisabilite du truc vu que le mec est, je le rappelle, jamais disponible. Du coup, je me tate : Mozambique ? Rester en Afrique du Sud (Plettenberg Bay ? George ? Kruger) ? Ethiopie ? Indonesie ? Inde ? 

Posté par lanevrosee à 18:42 - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 juin 2019

I wait for you, wait for you to kill everything I have inside.

Je me noie.

Mon boulot est un boulet que j'ai cheville au corps. Il y a tant a faire et je n'y arrive plus. L'autre jour, lors d'une reunion, quelqu'un a dit qu'il fallait s'entourer de personnes positives et eviter les "black holes".

Je suis le black hole. Comment je fais pour m'eviter ?

Je n'y arrive plus. Et je me noie.

Je realise tous les problemes que j'ai. Comment et pourquoi je manque de confiance en moi dans certaines situations. Comment je m'indigne souvent, interieurement.

Et toi, qui me chamboules. J'ai le vertige quand je pense a toutes les choses que je pourrais accepter pour continuer a etre avec toi.

Mais tu n'es pas la. Encore. Et meme si je comprends, je ne sais pas faire autrement que t'en vouloir. Un peu. Quand tu lower my enthusiasm et mes expectations avec des screenshots de ton appli meteo (il fait tres tres chaud a Doha et chaud a Barcelone, merci) lorsque je te dis que tu me manques et que j'ai envie de toi. Et puis, tu me dis que tu voudrais que je sois la-bas avec toi et je reprends du poil de la bete pour finalement me rendre compte que tu ne parles que de toi. 

Apres 10 ans de nevroses ecrites sur ce blog (environ 15 dans la vraie vie), j'ai enfin decide d'aller voir un psy. J'en voudrais un qui parle francais mais je ne vais pas etre trop regardante et en prendre un qui a un chouette nom (non mais serieusement, comment est-ce qu'on choisit son psy sinon?).

Je suis mi-blasee mi-fiere de moi d'etre enfin capable de dire que j'ai mal et qu'il faut m'aider.

 

Posté par lanevrosee à 20:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 juin 2019

Is it me and you or am I by myself?

Je suis encore et toujours une nevrosee cyclothymique. Doublee d'une monomaniaque obsessionnelle (merci Marlowe). C'est assez fatigant, je dois l'avouer, d'etre moi. Je n'imagine pas a quel point cela doit etre fatigant d'etre avec moi. 

Or donc voila, je suis tombee amoureuse de l'Herpetologue.

A la fin de notre premier RDV, enfin non, pour etre tout a fait honnete, en plein milieu de notre diner - auquel j'ai a peine touche - je lui ai demande s'il voulait venir chez moi. Je me suis decouvert des manieres que j'ignorais. Le bon vin aidant, il m'avait embrassee quelques minutes avant et j'avais pose ma main sur sa cuisse. Je me souviens encore de son air emu et de sa tete qui se penche vers moi. Nous avons discute de choses banales et graves, de son frere, de ma famille, de pourquoi je suis une sauvage-qui-n'aime-pas-les-gens, de ses filles, de son boulot, du mien, de B., de mon annee de naissance et de la possibilite de gouter un whisky de la meme annee. Il a accepte mon invitation, nous avons pris nos restes de repas a emporter, et nous sommes repartis vers sa voiture (et il m'a ouvert la portiere). Aujourd'hui encore, je ne sais pas d'ou m'est venue cette audace. L'Herpetologue me plaisait beaucoup. Mais est-ce que je voulais finir de saboter ma relation avec B.? Est-ce que je voulais me venger et oublier C.? Est-ce que j'avais juste envie de m'amuser et de ne pas penser aux consequences? Est-ce qu'il me plaisait et c'etait tout? C'etait le premier homme que je ramenais a la maison. 3 semaines apres le depart de B.. Il est rentre chez lui tres tot le matin et apres cette excellente soiree et delicieuse nuit, nous avons decide de nous revoir la semaine suivante.

Il est revenu chez moi le mardi pour une courte visite, avant que nous partions a des diners differents. Je ne crois pas me souvenir que nous ayons eu le temps d'aller jusque dans la chambre. J'ai rompu avec B. le jeudi soir, dans ce qui restera probablement l'appel le plus lamentable du monde. Peut-etre est-ce lui, en fait, qui a rompu avec moi ? Je savais que cette rupture devait avoir lieu. Il aurait peut-etre meme fallu qu'elle arrive avant. Mais enfin... Est-ce que j'etais vraiment sincere avec mes pleurs lorsqu'il m'a annonce dans un bar, un soir, qu'il comptait retourner a La Reunionie? Est-ce que j'etais triste de le perdre, qu'il parte? Est-ce que je pleurais a l'idee de me retrouver seule? Nous avons fait des plans pour se revoir rapidement et souvent mais est-ce que j'y croyais vraiment? Est-ce qu'il y croyait? Je suis retournee a La Reunionie depuis, pour lui ramener ses affaires, et c'etait tellement bizarre. Cela meritera problement une note a part entiere. Bref.

Donc, 3 mois avec l'Herpetologue. Je sais que je suis une nevrosee mais cette relation n'a AUCUN sens. Elle est totalement desequilibree. Nous avons des fonctionnements assez similaires mais nous sommes tellement differents. Nous ne venons pas du meme monde, nous n'avons pas la meme education, nous ne vivons pas dans les memes spheres, nous n'avons pas les memes priorites et encore moins les memes envies. Nous n'avons pas le meme age - mais je comprends maintenant que c'est ainsi que je suis bien, je m'ennuie avec les hommes de mon age. Il est a l'aise en societe et je dois me faire violence pour PARLER avec des gens. Et encore, quand je parle, j'ai l'air debile et mal a l'aise et lui a toujours le bon mot, reussit toujours a faire sourire les gens. Je vote ecolo, il est de droite. Il est riche, je suis pauvre. Je deteste mon boulot, il adore le sien. J'adore les poivrons, il les deteste. Il gobe les oeufs, je prefererais me faire vomir que d'avoir un oeuf cru dans la bouche. Il est intelligent, cultive et je me desespere d'etre si bete. Je regarde des series et il ecoute des podcasts sur l'archeologie. Il raconte tellement bien les histoires, je peine a aligner 2 phrases sensees. Il ne s'arrete JAMAIS, mon plus grand plaisir est de rester chez moi a lire un bon bouquin. Il m'apprend 10 nouvelles choses a la minute, en trois mois de relation j'ai du lui apprendre un nouveau mot (iule). 

Cette relation est desequilibree. J'essaie de profiter et de me laisser porter sans trop y penser (non, c'est faux, je me demande a peu pres 40 fois par jour ce qu'il fout avec moi et ce qu'il me trouve).

Il me fait beaucoup rire. Je le fais rire aussi. Avec mon mauvais esprit. Je l'admire. Il m'impressionne. Il m'enerve parfois. Mais je me sens tellement bien avec lui. J'ai l'impression de me reveiller d'un sommeil long et profond et de decouvrir un nouveau monde. Il me fait peur aussi parfois. Je lui fais peur aussi parfois. Il me laisse le voir. Il me parle. Il parle. Il me dit "c'est bizarre qu'on soit si bien ensemble". Et il me dit qu'il faut que je rompe mon bail et que je vienne vivre avec lui. Je lui dis que c'est trop tot. Il me dit, en regardant Russian Doll, qu'il faudra que je rencontre ses enfants. Et je ne reponds rien et je l'embrasse sur la tempe. J'ai deja rencontre ses chiens. Il me dit qu'il m'aime, apres avoir bu un verre. Il me dit qu'il m'aidera a trouver un travail quand ma mission sera finie. "Tu veux que je reste? - Oui". Il fait des projets de voyages. Il me demande mon avis sur les travaux qu'il veut faire chez lui. Il me dit qu'il m'a cherchee. Il aime me rendre jalouse (un peu)(mais c'est vrai qu'il est tellement charmant qu'il pourrait sauter 12 nanas differentes dans la semaine)(mais merde que fait-il avec moi?). Je lui dis qu'il est mon projet d'etudes (il est fascinant), il me dit que je suis son projet d'etudes. Il me dit que je suis la plus belle chose qui lui soit arrivee depuis longtemps. Cela n'a aucun sens mais nous sommes heureux ensemble. Mon petit coeur chavire quand il m'avoue que lors d'un deplacement cool en Italie, il avait du mal a en profiter parce que je lui manquais et qu'il aurait aime m'avoir avec lui. Il fait parfois l'homme fier et parfois il me fait fondre. 

C'est parfois tres simple et parfois tres complique. Ca a ete 3 mois intenses et 3 mois d'absences. En 3 mois, il est parti dans 9 pays differents. Il est toujours en deplacement professionnel, toujours a la rencontre d'un client, d'un candidat - meme le week-end. Il ne s'arrete jamais. Mais les retrouvailles sont vraiment incroyables...

Bref, je suis amoureuse et je sais qu'il me brisera le coeur, lui aussi. Mais ca me va, je crois. Je prends le bon la ou il est.

Posté par lanevrosee à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 juin 2019

Sweet Saviour

C'etait le 11 mars. J'etais invitee a un diner d'anciens eleves de Grandes Ecoles. B. etait parti depuis 2 semaines et nous n'avions pas encore rompu mais je savais que cela allait arriver. C'etait un lundi, et apres le boulot ce jour-la, je n'avais vraiment plus tres envie d'y aller. Cependant je me suis forcee (je suis une grosse asociale et je dois parfois me forcer pour voir des gens) parce que je n'avais pas envie de planter l'ami qui m'avait invitee et que j'apprecie beaucoup (oui, j'apprecie parfois certains gens).

On devait deja etre 8 autour de la table. Et je me demandais "mais qu'est-ce que je fous la?" tout en m'efforcant d'etre polie et de parler a ma voisine de gauche. Et tu es arrive, un peu en retard, evidemment. Comme pour les autres, on s'est releves et on s'est fait la bise, en bons Francais que nous sommes, en echangeant prenoms et un "enchante/e" machinal. Et tu t'es assis en face de moi, et je t'en serai toujours reconnaissante. Tu aurais pu t'asseoir de l'autre cote de la table et rien de tout ceci ne serait arrive. Sur le coup, tu m'as plu autant que tu m'as enervee. Tu etais bien trop sur de toi mais tellement good looking dans ton costume (oui, je ne resiste pas aux hommes en costume - c'est un probleme). Arrogant et charmant a la fois, je te trouvais tres beau, avec tes lunettes a grosse monture. Tu etais occupe a discuter avec ta jolie voisine de gauche, que tu connaissais deja et qui est arrivee deux minutes apres toi, et j'ai repris ma conversation avec la mienne.

Puis l'ami organisateur, C., a lance un tour de table des presentations, en commencant par le cote oppose au notre. Tu as donne ta carte de visite a je ne sais plus quel type qui s'etait presente et puis cela a ete ton tour. Je ne me souviens meme plus vraiment de ce que tu nous as raconte. Et puis cela a ete mon tour et avant que je ne puisse dire un mot, C. a cru bon de preciser que mon mec etait reparti en France et que j'etais donc fraichement "celibataire geographique". Sur le coup, cela m'a enervee parce que, merde, est-ce que c'est vraiment juste CELA qui me definit ? Mais je n'ai rien pu dire et toi, tu as ajoute que toi aussi, tu etais en plein divorce (ce n'etait meme pas encore mon cas), et tu m'as tendu la main pour que je la serre. Comme si on faisait partie d'un groupe. Tu m'as fait rire. Tu nous faisais tous rire, en fait. Tu as ce talent, avec les gens. Cela me fascine toujours aujourd'hui. Tu t'es montre curieux, interesse par les histoires des gens, les faisant parler. Tu m'interessais avec les tiennes, tu m'intriguais. Et on s'est plus ou moins cherche tout le repas. Je me sentais un peu malheureuse dans ma vie a ce moment-la et tu me titillais. Tu me faisais parler de mon boulot (que je deteste - c'est terrible, on est en plein plan de restructuration) alors que je voulais eviter le sujet, je te lancais des piques et me moquais de toi, tu rencherissais en me mettant face a mes contradictions, cherchant a voir ce que j'avais dans le ventre, je riais de ta pretention et puis j'ai fini par lacher en regardant les autres "ah mais il est desagreable en fait". On a ri. Tu m'as demande si je buvais du whisky ("oui, mais que du bon") et tu m'as offert du Lagavulin, a moi, rien aux autres. Le reste de la soiree a ete tres agreable, ton voisin de droite, veterinaire, nous racontant des anecdotes avec des pangolins. Moi racontant que, petite, je voulais etre herpetologue et toi t'exclamant "mais c'est dingue, moi aussi!". Du coup, sur ce blog, tu seras l'Herpetologue. J'ai beaucoup ri et je n'ai plus regrette de m'etre fait violence pour venir a ce diner.  

Et puis, une fois l'addition payee, tout le monde s'est leve et on s'est dit au revoir. Tu m'as donne ta carte de visite et j'ai fait semblant de m'en foutre mais j'etais un peu contente. Tu m'as fait deux bises en appuyant bien tes levres sur mes joues (ce qui a d'habitude le don de me degouter, merde, colle ta joue sur la mienne, pas ta bouche, mais la, je n'ai pas moufte et j'ai apprecie). Et je suis partie ("tu es partie sans me dire au revoir", me diras-tu quelques jours plus tard). 

Le lendemain, C. a envoye un mail general pour remercier tout le monde pour la sympathique soiree que nous avions passee ensemble. J'ai repondu a C. pour le remercier, lui, d'avoir organise le diner. Il m'a repondu "l'Herpetologue est tres sympa, c'est toujours tres bien quand il est la". Et je me souviens avoir trouve ca tres juste, j'avais passe une excellente soiree et c'etait grace a toi. Du coup, je t'ai envoye un mail (tu etais dans la distribution list - et j'avais ta carte de toute facon) pour te remercier pour le whisky. Tu m'as repondu "desole d'avoir ete desagreable". Je t'ai repondu de nouveau et tu m'as invitee a aller prendre un verre le vendredi soir : "je me disais que l'on pourrait parler herpetologie". J'ai accepte avec plaisir. 

Je t'ai retrouve au M. le vendredi a 17h30. Tu etais dehors, au telephone, et j'en ai profite pour te regarder de loin, toi dans ton petit costume, pendant que tu finissais ta conversation. On s'est fait la bise et puis on est entres, et quand la porte de l'ascenseur s'est ouverte, tu as passe ton bras dans mon dos pour me faire passer devant toi. Je me souviens encore de ce contact. On s'est installes sur la terrasse a l'exterieur parce que tu voulais qu'on profite du coucher de soleil. Ce n'etait pas encore l'hiver, il faisait super bon. Assis tous les deux sur une banquette, tu faisais attention a ce que ta tete fasse ecran au soleil afin que je ne sois pas eblouie. J'ai trouve cela adorable, quand j'ai fini par m'en rendre compte. J'etais nerveuse, je ne savais pas ce que je faisais, B. et moi n'etions pas encore separes, je ne savais pas ce que je voulais ou plutot je savais EXACTEMENT ce que je voulais mais j'avais un mal fou a l'admettre, et je croisais et decroisais les jambes toutes les 5 minutes (ce qui ne manquait pas de remonter ma jupe sur mes cuisses...). Un type que tu connaissais est passe devant nous et tu m'as presentee comme etant ton "date" et l'autre (qui est une star de l'emission Top Chef locale, m'apprendras-tu) a dit que tu etais a lucky guy. Tu as commande un excellent vin et du biltong et je t'ai ecoute raconter toutes les bonnes choses qui t'etaient arrivees cette semaine. Ce n'est de toute facon pas complique, tu choisis de tout prendre du cote positif. 

On etait tellement concentres sur notre conversation qu'on n'a pas vu la fumee qui s'echappait du restaurant. Une serveuse est venue nous dire "bon, la cuisine est en feu, on va devoir vous demander d'evacuer et de sortir dans la rue". On s'est reservi un verre, on a abandonne la bouteille, persuades qu'on allait revenir d'ici 15 minutes, et on est descendus. Dans la rue, tu as commence a parler a des inconnus, tout le monde se demandait ce qui se passait. C'est la qu'on a appris que le meme probleme s'etait deja produit il y a quelques semaines et que le restaurant n'avait pas rouvert de la soiree. Merde. J'ai ri. Est-ce que c'est l'univers qui nous envoie un message ? Tu m'as demande "on trouve un plan B ?". On s'est ensuite retrouve a discuter avec un autre type qui travaille dans l'importation de vins et qui, nous voyant avec nos verres a la main, nous a demande ce qu'on buvait. "Ah super choix. Si vous aimez le bon vin, il FAUT aller au "Restaurantavecunnomitalienouespagnolquejenaipascompris" et commander le Savage Follow the Line, vous n'allez pas regretter. D'ailleurs, si vous voulez, je peux vous reserver une table maintenant? Le boss est un ami et le M. ne va pas rouvrir." Le plan B etait trouve. Merci M. Inconnu. Petite parenthese : c'est cela aussi que j'adore en Sud-Afriquie, les gens sont vraiment tres cool. 

On a marche jusqu'a ta voiture. En chemin, tu as recu un coup de fil pour le boulot et tu as repondu. Tu m'as quand meme entendu m'exclamer "ah non mais c'est une blague !" quand je me suis rendu compte que tu conduisais la MEME voiture que C., l'autre guy. 

Puis on est arrive a La Boqueria et devant l'air ennuye de la fille qui ne trouvait pas ton nom sur la liste, tu as insiste "mais si, quelqu'un vient de reserver pour nous il y a 10 minutes, il a parle avec votre boss, un certain Sav, un italien. Quoi? Votre boss n'est pas italien?". Moi, morte de rire, evoquant la possibilite eventuelle que peut-etre, sait-on jamais, on pourrait etre dans le MAUVAIS restaurant ? Et bien oui, grace a Google, on a appris que le Sav en question etait proprietaire de la Bottega. On en rit encore. Encore un signe de l'univers ?

Cher lecteur, chere lectrice, on a quand meme enfin fini par arriver dans le bon restaurant (heureusement les deux etaient proches), on a commande la bouteille de M. Inconnu, on a demande a ce que la serveuse enleve les bougies de notre table - "c'est qu'on a deja mis le feu a un autre restaurant ce soir" -, et on a enfin pu parler. 

Et ca a commence comme ca. J'ai encore des millions de choses a (me) raconter ici. Et j'ai du mal a croire parfois que cela ne fasse que deux mois et demi. 

 

And I somehow slowly love you
And wanna keep you this way
Well I somehow slowly know you
And wanna keep you away

Posté par lanevrosee à 15:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 mai 2019

Seulement, parfois dans ma tete, tu vois, il n'y a que de l'eau.

Oh God I miss your company.

Tellement de choses a ecrire et pourtant rien ne vient. Je n'ai certes pas beaucoup de temps mais certaines choses vaudraient la peine d'etre ecrites, je crois. Mais je ne prends pas la peine de le faire. Parce que je crois que j'ai peur de ce que cela veut dire, aussi.

B. et moi sommes separes depuis un mois et demi. La rupture s'est faite au telephone (genial, je reviendrai dessus) et puis je suis allee a La Reunionie il y a deux semaines pour officialiser cela. Notre PACS a ete dissous fin avril, a peine trois ans apres avoir ete conclu. Mais je reviendrai la-dessus.

Et puis, j'ai rencontre cet autre homme il y a aussi un mois et demi... il faudra que je revienne la-dessus egalement. 

Et puis, cet apres-midi, apres deux mois completement fous au boulot (en gros, on vire des gens et on essaie de tout transformer du jour au lendemain - c'est l'enfer), on decide avec mon boss, un de mes collegue et deux autres collegues d'aller boire un verre ensemble dans l'apres-midi afin de souffler et de se raconter les derniers ragots (et croyez-moi, on en ramasse a la pelle, ces derniers temps!). 

On etait deja tous les trois installes quand F. est arrive. Et puis R. a dit "here comes R. and... oh he is bringing a friend". J'etais dos a l'entree mais je savais deja qui etait cet ami qui nous rejoignait aussi. Damn you, C.. 

On a ete obliges de changer de table car celle qu'on avait reservee etait trop petite pour nous 6. Tu t'es retrouve en face de moi et tu as garde tes lunettes de soleil et je t'ai maudit pendant ces 2h30 car je ne savais pas si tu me regardais ou pas. Moi, je te regardais.

Tu as ete egal a toi-meme et je me suis rendu compte que tu me manquais encore toujours beaucoup - malheureusement. J'ai retrouve les choses que j'aimais chez toi. Ta vivacite, ton charme, ton humour, ton intelligence, ta finesse d'esprit. Ton rire. Je t'ai fait rire plusieurs fois et j'ai adore cela (meme si cela a implique que tu me gives ton finger once). J'ai bu, un peu, et l'alcool aidant je me suis demandee comment les 4 autres reagiraient si je me levais pour venir t'embrasser. Cela aurait ete drole, je crois.

Au bout de 19 bieres et 2 verres de vin pour moi, il etait temps de partir. Je n'ai pas resiste et je t'ai essaye de t'appeler au premier feu rouge sur mon chemin. Tu etais deja en ligne et je t'ai envoye "I hate saying that because I am dating another guy but I still miss you...".  Tu m'as repondu que c'etait une bonne nouvelle et que tu esperais que je sois heureuse. J'ai demande "can we talk?" et tu m'as rappellee. 

Et mon dieu que c'etait bon. Ces appels sur le chemin du retour m'avaient manque. A un moment dans notre histoire, on s'appelait tous les soirs en rentrant et c'etait quasiment le meilleur moment de ma journee (jesuisgrave). Je t'ai demande comment tu allais. Evidemment, je connaissais la reponse. I am not expecting anything from you but it was still very nice to hear you. I was more at peace talking to you and it made things easier.

- Can I ask you something? Did you at least really love me?
- Of course, I did love you. I still do.

- What should I do? I can't play on both fields. Am I supposed to have sex with you while staying married to my wife? I cannot offer you any commitment at the moment.

- I still miss you. I am sure we would have been great together. But now I just realise that you just wanted to have fun. But we would have been great together.
- I am sure we would have. And no, I was just not having fun. It was more serious than that. And I am sorry I cannot offer you commitment.

- I miss you.
- What do you miss about me? Only my cock?
- I miss everything about you.
- Yeah, but mostly my cock, right?

- Are you cold, lanevrosee?
- Yes I am, it is winter ! (but you can come and warm me up) 

- Will you invite me to your farewell party? (il pense quitter le pays d'ici peu)
- Of course, I will. 

- Can we be friends? I am asking because you are not even talking to me anymore, you are avoiding me, you even refused to have any eye contacts this afternoon.
- Maybe you were not able to tell, but I was looking at you. By the way, I love your Dr. Martens shoes.

- How is your relationship with your wife going? 
- Her shrink is helping, definitely. I am not sure it is going to be enough to save our relationship but it is helping her so it is a good news.
- Is she going to follow you there?
- I don't know. But I have to go. I need to have a job and earn money, you know.

- Things are difficult. Not only in my personal life but now also at work.
- Is that why you stopped talking to me?
- Yes, I had to figure out what I need to do with my life.

- I still have nice memories of the 2 of us in my office.

Et beaucoup beaucoup d'autres choses que je ne peux retranscrire ici... 

Si sa femme ne le suit pas, s'il me demande de le rejoindre dans ce nouveau pays, je crois que je le ferai. Il ne le fera pas.

Je sais que c'est stupide et que si j'etais venue ecrire hier, tout aurait ete different. J'aime beaucoup ce New Guy I am dating et je pensais avoir oublie C.. Je lui ai dit, d'ailleurs, que si j'avais su qu'il viendrait, je ne serais pas venue.

Et me voila, de nouveau perdue.

Perdue entre un mec qui joue avec moi mais qui en fait ne veut pas de moi et un mec qui n'est jamais la.

Eish.

Ca ira mieux demain.

Posté par lanevrosee à 19:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mars 2019

No one does it like you.

Et ca ne va pas mieux.

Peut-etre que mon probleme, c'est que personne ne m'a (encore) brise le coeur. Peut-etre que je fais trop confiance aux hommes. Peut-etre que je lui fais trop confiance (oui). Je devrais le savoir, apres tout, c'est son metier, les belles paroles.

Pourquoi est-ce que je ne m'enfuis pas? Pourquoi est-ce que je reste la, vulgaire papillon, attire par la lumiere jusqu'a m'y bruler? La moi rationnelle (sisi) d'il y a quelques mois m'aurait crie de fuir, que toute cette histoire sent le sapin et qu'il n'en resortira rien de bon. La moi d'aujourd'hui continue d'essayer, malgre les whatsapp lus auxquels je n'ai jamais de reponse, malgre ses passages devant notre bureau ou il ne s'arrete plus maintenant. Il a meme evite toute forme d'eye contact pendant la reunion d'aujourd'hui. Et je vois bien qu'il est malheureux et pas franchement epanoui. Son visage d'habitude si chaleureux est maintenant ferme. Je peux lire tous ses problemes sur son front. Et je voudrais l'aider. Mais il ne me laisse pas faire. Peut-etre que la meilleure maniere de l'aider serait de le laisser tranquille? Malheureusement, je ne peux pas. J'ai toujours ete une conne determinee et obstinee.

Mais je ne comprends pas. 

Il me dit des choses et agit de maniere contradictoire le lendemain. 

Sa femme lui a demande un delai. Qu'il a accepte. Et il se dit desole de ne pas pouvoir m'offrir de commitment. But I am not asking you to marry me, que je lui ai repondu. "Why not?"

Je ne veux pas qu'il m'epouse. Je veux seulement que quand il me dise "I'll talk to you", il talk to me. Je veux qu'il me dise ce qu'il veut, meme si cela doit me briser le coeur. Je ne veux plus avoir a lui courir apres (mais que ferai-je de ma vie sinon cela?). Je ne veux plus qu'il me dise "I still want to be with you" pour ignorer mes messages. Je sais qu'il a besoin de temps mais c'est une torture et je m'inflige ca a moi-meme. Cela n'a aucun sens. 

B. a quitte la Sud-Afriquie la semaine derniere. Et depuis je me demande parfois ce que je fous encore la.

A part ca, ma misanthropie se porte tres bien, merci. 

 

"Mon dieu que l'esperance est difficile a vaincre, qu'elle est tenace et rusee, tous les hommes sont-ils ainsi?"

"Et je me recouchai presque rasserene tant il est vrai que nous rassure, au milieu de nos drames, l'existence d'autres drames, qui nous auront ete epargnes."

 

Posté par lanevrosee à 18:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 février 2019

I want to know what is right, now that I know what is wrong.

Posté par lanevrosee à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2019

Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes. Je ne comprends pas les hommes.

Posté par lanevrosee à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]